Le Journal des inscrits - 22 juillet 2014
Jour précédent
Par Ma_vie_sans_moi le 22/07/2014 à 19:06

picture.php?strid=81eedd5cfc46a23aa09ffe

par David Lachapelle en écho au post d'Hypérion.

Par ormegris le 22/07/2014 à 18:12


Ce film raconte l'histoire de Aaron Swartz, programmeur de génie et activiste de l'information. Depuis l'aide qu'il a apporté au développement de RSS, l'un des protocoles à la base d'Internet, à la co-fondation de Reddit, son empreinte est partout sur Internet. 

Mais c'est le travail révolutionnaire de Swartz autour des questions de justice sociale et d'organisation politique, combiné à son approche sans concession de l'accès à l'information pour tous, qui l'a pris au piège dans un cauchemar légal de deux années. Cette bataille s'est terminée par son suicide à 26 ans.
L'histoire d'Aaron touche une corde sensible chez des personnes même éloignées des communautés online parmi lesquelles il était une célébrité. Ce film est une histoire personnelle à propos de ce que nous perdons lorsque nous restons sourds à la technologie et à ses relations à nos libertés civiles.


Par mues le 22/07/2014 à 17:30

picture.php?strid=7552ca675ced7934e0ef4f

picture.php?strid=ccb9575207f00b8bf9dc8d

picture.php?strid=febcabfd79cb4d192145cf

picture.php?strid=2b444dde1f8a643b1169f1

Merci mr John Waters
pour tous vos méfaits :)
Par hyperion le 22/07/2014 à 17:10
picture.php?strid=2a16d57d9c171649294c93 
Lorsque les djihadistes de l'Etat islamique (EIIL) ont annoncé, il y a peu, le rétablissement du califat, pour l’instant de l’Irak à la Syrie, je n’ai pu m’empêcher de penser au roman de science-fiction de Dan Simmons, dont j’avais dit quelques mots il y a plusieurs mois : « Le dernier roman, controversé, de Dan Simmons (l’auteur d’Hyperion et de l’Echiquier du mal), Flashback, nous décrit également un univers apocalyptique, allant au-delà des pires cauchemars de Renaud Camus : un monde partagé entre un Califat Global ayant thermo-nucléarisé Israël et qui s’étendrait du Pakistan au Canada, en englobant l’Europe et la suprématie d’un Japon gouverné par des castes à l’organisation médiévale et qui, à la suite de l’effondrement de la Chine, est devenu le tuteur d’une Amérique en proie au chaos intérieur et à l’invasion des Etats du Sud par le Mexique. La description d’une Amérique en faillite financière et morale, conséquence des politiques désastreuses de l’administration Obama - dépenses sociales inconsidérés, soumission aux délires écologistes sur le réchauffement climatique et tolérance à l’égard de l’Islam…….. ». 

 La situation actuelle - conflit israelo-palestinien, décomposition de l’Irak et de la Syrie, tension entre Chine et japon, guerres aux portes de l’Europe, risque nucléaire iranien, émeutes pro-islamiques en France – jointe à la faiblesse et l’indécision de l’administration Obama, président qui ne s’est pas montré à la hauteur des espoirs mis en lui, peut amener à se demander si cette vison romanesque, diversement accueillie (http://www.huffingtonpost.fr/philippe-kieffer/dan-simmons-flashback_b_1651533.html ; http://www.causeur.fr/science-fiction-dan-simmons-une-decadence-19764.html) de Dan Simmons relève du délire paranoïaque ou de la prémonition….Jacques Attali ne disait-il pas récemment que nous étions en 1914 « Il y a eu 1914 et les 75 ans de barbarie qui ont suivi. Nous nous trouvons aujourd’hui à une étape semblable».

 Hasard de parution, vient de sortir le deuxième tome d’un autre roman de science-fiction, « Silo ». A l’origine une nouvelle publiée sur internet, qui, devant le succès , s’est progressivement étoffée, par suites successives, jusqu’à la dimension d’un roman. Le premier volume décrit un monde post-apocalyptique où les êtres humains vivent dans d'immenses silos enterrés, construits en étages hiérarchisés en fonction des classes sociales, autour d’un interminable escalier central, pour se protéger des conditions de vie mortelles qui règnent à la surface de la planète. Ceux qui régulièrement se révoltent, enfreignent les lois du silo et surtout mettent en doute la réalité de ce qui se passe à la surface, en sont immanquablement expulsés et envoyés à une mort certaine retransmise en direct par des caméras extérieures. 
Le deuxième volume de ce roman qui appartient à la catégorie des « contre-utopies »,tels les mythiques « Monde inverti » de Christopher Priest ou « Delirium Circus » de Pierre Pelot, plus maitrisé et passionnant que le premier tome dont on sent qu’il a été artificiellement étiré - Hugh Howey n’a pas le talent littéraire de Dan Simmons – nous révèle peu à peu l’origine de la création des silos : une décision de l’administration démocrate pour faire face à la menace imminente d’une arme nano-bactériologique mise au point par l’Iran en guerre larvée avec les Etats-Unis…mais aussi la planification criminelle d’une « nouvelle (in)-humanité ». 
Le troisième tome, attendu avec une certaine impatience pour la rentrée, devrait nous révéler quelques surprises quant à ce que vont découvrir les « révoltés ». 

La frontière entre l’humanité et l’inhumanité, c’est ce qu’explore, sous forme d’allégorie, le fascinant film de science-fiction de Jonathan Glazer, « Under the skin ». Un être féminin (ou une machine ?), qui a pris forme humaine à son arrivée sur terre, dépourvue de toute sensibilité ou sentiment humain, découvre un monde dont elle ne comprend pas le sens et dont le comportement des hommes qu’elle aborde ne semble motivé que par leur pulsions sexuelles sur lesquelles elle va s’appuyer pour les éliminer un à un ( dans de sidérantes scènes visuelles et sonores) conformément à la mission qui lui a semble–t’il été assignée et dont un mystérieux motard se fait le gardien vigilant et impitoyable. Jusqu’à ce qu’un homme dont les difformités du visage le rendent inhumain, étranger au désir sexuel, la « contamine » de son humanité, la rende accessible aux « sentiments » et la conduise à sa perte…


Frontière encore entre l’humanité et l’inhumanité, dans ce terrible film de Katrin Gebbe, « Aux mains des hommes », tiré d’une histoire réelle et qui a fait l’objet d’une véritable boycott en France ( refus de programmation dans certaines salles, interdiction aux moins de 16 ans sous prétexte de violence extrême, alors qu’elle est essentiellement suggérée, hors champ, et rarement visible à l’écran). J’ai pu le voir, attiré par la lecture d’une critique positive dans libération et le Nouvel Observateur, dans une des deux seules séances par jour où il était programmé, au MK2 Beaubourg. Qu’est ce qui, dans cette histoire d’un adolescent chétif en rupture sociale, enrôlé dans une secte chrétienne dont il prêche la bonne parole avec un sourire béat, recueilli dans une famille menée par un père tyrannique, dont il va devenir le souffre-douleur jusqu’à la séquestration et actes de barbarie, a pu susciter tant de répulsion ? Serait-ce la dimension christique du film (Télérama n’ a pas aimé…), les humiliations et tortures que subit Tore s’apparentant et étant vécues comme un chemin de croix jusqu’à cette magnifique scène finale où, laissé pour mort, il répond à son bourreau qui lui demande «où il est ton christ ?» : « il est ici» ? 

Ces visions quelque peu pessimistes de l’humanité, appellent quelques occasions de nous distraire… Ce fut le cas avec ce show télévisé de Nicolaparte après sa garde à vue, même si l’envie d’en rire était contenue par le spectacle donné par un membre de droit du Conseil Constitutionnel et ayant occupé les plus hautes fonctions…Et puis j’ai fini par aller voir «Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu» : plutôt sympathique , moins pire que prévu en tous cas.
Par kirdis3 le 22/07/2014 à 14:06

 

Où L’on Voit Que François Hollande Va Bientôt Congédier L’Un De Ses Proches Collaborateurs sur Bakchich

 François Hollande, président de la République, a déclaré, avant-hier: «Ce doit être une grande cause nationale que de lutter inlassablement contre le racisme et l'antisémitisme.»

Puis il a précisé – à la fin, probablement, de mieux marquer son intention de ne plus tolérer, dans ces matières, le moindre manquement: «Nous devons écarter toutes les menaces, tous les périls et faire que notre sol soit le sol de tous dans la République.»

Puis enfin – et dans un redoublement de sa fermeté: il a promis qu’il ferait «en sorte que ne soit toléré aucun acte, aucune parole qui puisse faire ressurgir l'antisémitisme et le racisme».

Cette détermination honore le chef de l’État français  – et elle est d’autant plus courageuse qu’il ne peut pas ne pas savoir que si vraiment il veut en finir avec les paroles qui peuvent faire ressurgir le racisme?

Il va devoir se montrer un peu ferme avec son entourage professionnel.

Et faire, dans le choix de ses auxiliaires, des tris un peu drastiques.

Puisqu’en effet: l’un de ses plus proches collaborateurs a pris, d’assez longue date, le pli de vitupérer publiquement contre les musulman(e)s, et contre les Roms.

Il s’agit, bien sûr, du Premier ministre, Manuel Valls, qui a notamment déclaré qu’il doutait encore que l’islam fût compatible avec la démocratie, et que les Roms avaient, de son point de vue, vocation à retourner en Bulgarie, ou en Roumanie, car ces gens ont décidément «des modes de vie extrêmement différents des nôtres».

Or: il est, de fait, de notoriété publique que de telles proférations peuvent en effet nourrir dans l’époque des préventions xénophobes - qui peuvent, à leur tour, favoriser la perpétration d’exactions racistes.

C’est ce qui ressort très clairement, par exemple, des derniers rapports annuels de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), organisme gouvernemental - dont les auteurs semblent donc partager les inquiétudes de François Hollande.

«Le discours d’une partie de la classe politique semble rompre avec un discours “politiquement correct“ qui interdisait de mettre en cause certaines catégories de la population en fonction de leur origine», et «cela vient renforcer la légitimité d’un discours ou d’attaques visant tel ou tel groupe», explique la CNCDH, qui exprime le souhait que  le «personnel politique dans son ensemble» s’engage à ne plus éveiller, «par des discours discriminants ou alarmistes, des réactions d’hostilité à l’égard» de certaines minorités.

Et certes, ces exhortations semblent n’avoir pas été, jusqu’à ces jours-ci, bien entendues - puisque l’islam, en particulier, continue d’être, jour après jour, brutalement stigmatisé dans l’espace public.

De sorte que des musulman(e)s sont régulièrement agressé(e)s, cependant que leurs lieux de culte sont très régulièrement attaqués – dans une indifférence générale qui pourrait presque apparaître comme un début de consentement.

Mais l’intervention de François Hollande semble indiquer qu'il a enfin mesuré l’effet déplorable de certaines paroles de son Premier ministre, et compris que son maintien à Matignon constituait donc une menace pour le vivre ensemble.

Elle devrait, par conséquent, fortement contribuer, mieux vaut tard que jamais, à un apaisement, ô combien nécessaire, du débat – à la condition, bien sûr, qu’il choisisse, pour remplacer Manuel Valls, mais cela ne devrait pas être trop difficile, une personnalité moins clivante.

 

Par kirdis3 le 22/07/2014 à 13:55

 


Des équipes de volontaires palestiniens et internationaux se rendent sur les lieux du carnage, dans le quartier de Chujaya dimanche, pour voir s’il n’y aurait pas des survivants à secourir.

Un jeune Palestinien man, en T.Shirt vert, les accompagne pour essayer d’atteindre la maison de sa famille. Il est visé et blessé par un sniper, alors qu’il tente de se frayer un chemin parmi les décombres. Et le soldat israélien lui tire dessus à deux reprises et le tue alors qu’il git à terre, blessé.

Le reste de l’équipe, également en danger, ne peut le secourir.

CAPJPO-EuroPalestine

Par jeanlucg31 le 22/07/2014 à 13:08


10325359_536149599827400_511666336362853
Par Pulsar1 le 22/07/2014 à 12:58
picture.php?strid=037bacff094b5dc4c995d9
Par lirikan le 22/07/2014 à 11:29

Je veux retrouver les fraises et les framboises de mon ancien profil GA! Tout ce blanc, ça me fait mal aux yeux!

J'ai l'impression de naviguer sur minitel, à présent! :-(

Par LLD le 22/07/2014 à 09:35

On ne peut plus redimensionner ses photos, n'est-ce pas ?

(Décidément, on a perdu TOUS les avantages de l'ancien GA en conservant presqueue tous ses inconvénients, en suce dont ma présence, et je vous en fait grasse !...)picture.php?strid=a18a515bf75e0ae4486711picture.php?strid=a41fac5863a85d31ffc117

Par dorant le 22/07/2014 à 09:07
picture.php?strid=90aa04ff836310b6ca47fb

Mon article ...