Le Journal des inscrits - 16 septembre 2014
Jour précédent
Par koumkoum le 16/09/2014 à 22:42

« Non » (Les Pieds sur terre - France Culture)

Comment trouve-t-on la force de dire non à ce qui nous semble injuste ? Comment, au risque de se mettre en danger, ou de perdre son travail, son salaire, sa famille, trouve-t-on parfois la force de résister à un ordre, à une hiérarchie ?

Deux personnes racontent ce moment de révolte, cette colère, cette inconscience, qui les ont poussées un jour à dire NON. 

Par koumkoum le 16/09/2014 à 22:39
picture.php?strid=43efb4552fd88b2aca45a0

(Pour les amateurs de philo)

Lien : Simondon et les enjeux de notre temps

"A l’heure où l’animal est enfin reconnu comme un sujet, où les réseaux informatiques deviennent le nouveau milieu de culture pour l’homme, où l’urgence écologique se fait radicale, où la société du travail souffre de ne pas devenir déjà la société de l’invention, de l’éducation et du soin qu’elle est pourtant appelée à devenir pour surmonter ses crises toujours plus systémiques, la découverte désormais internationale de l’ensemble de l’œuvre de Gilbert Simondon (1924-1989) ne saurait être considérée comme un hasard, ni son impact sur la philosophie française contemporaine et sa conscience d’elle-même comme négligeable. Car en pensant l’unité de la nature, de la culture et de la technique par-delà l’incohérence résiduelle des pensées de l’Histoire, qui opposaient la technique et la culture à la nature tout en opposant plus ou moins explicitement les deux premières entre elles, Simondon nous ouvrait dès 1958 à une nouvelle époque de la pensée, prolongeant pour ce faire et d’un même geste les interrogations de Henri Bergson, de Gaston Bachelard et de Maurice Merleau-Ponty, et rendant dans le même temps possibles celles de Gilles Deleuze comme d’Edgar Morin et de Bernard Stiegler.

(...) Or, la discrétion dont Deleuze fait preuve, dans ses ouvrages, sur sa dette à Simondon n’est pas sans lien avec l’opération de détournement en quoi consiste dès le début sa lecture de ce dernier : là où Simondon forge le concept de « préindividuel » à partir de la thermodynamique et de la physique quantique, et pour désigner un état fondamental de l’être qui est « plus qu’un » et donc source de devenir par individuation en individu et « milieu associé », telle la solution sursaturée qui cristallise en « individu » cristal à partir de l’introduction de cette « singularité » qu’est le germe cristallin, Deleuze, lui, pense le « champ préindividuel » comme comportant EN lui-même DES « singularités », et relit pour ce faire Simondon à la lumière des mathématiques et non plus de la physique contemporaine.

(...) En effet, l’ontologie simondonienne de l’individuation consiste à reprendre la cosmogenèse de Bergson, encore trop vitaliste à ses yeux, en la corrigeant à la lumière de la physique contemporaine telle que Bachelard nous en a révélé le message révolutionnaire : « au commencement est la relation », et les prétendues « choses » ne sont pas des substances qui préexisteraient aux relations entre elles comme aux relations entre les échelles ou les « ordres de grandeur » du réel, puisqu’elles sont elles-mêmes, dit Simondon, la relation entre ces ordres. Cette logique nouvelle, qui ajoute aux notions de relation et d’ordres de grandeur la notion de « phase », conduira Simondon à substituer aux domaines physique, vital et humain, pensés par Merleau-Ponty dans La structure du comportement, des « régimes » physique, vital et « transindividuel » qui ne sont plus des domaines séparés mais des phases possibles de tout être. (etc...)"


Par ma-tata-hari le 16/09/2014 à 21:08

 

picture.php?strid=03af76b046690b567bdaf5

Les roses d'Ispahan dans leur gaine de mousse,
Les jasmins de Mossoul, les fleurs de l'oranger
Ont un parfum moins frais, ont une odeur moins douce,
O blanche Leïlah ! que ton souffle léger.

Ta lèvre est de corail, et ton rire léger
Sonne mieux que l'eau vive et d'une voix plus douce,
Mieux que le vent joyeux qui berce l'oranger,
Mieux que l'oiseau qui chante au bord du nid de mousse.

Mais la subtile odeur des roses dans leur mousse,
La brise qui se joue autour de l'oranger
Et l'eau vive qui flue avec sa plainte douce
Ont un charme plus sûr que ton amour léger !

O Leïlah ! depuis que de leur vol léger
Tous les baisers ont fui de ta lèvre si douce,
Il n'est plus de parfum dans le pâle oranger,
Ni de céleste arôme aux roses dans leur mousse.

L'oiseau, sur le duvet humide et sur la mousse,
Ne chante plus parmi la rose et l'oranger ;
L'eau vive des jardins n'a plus de chanson douce,
L'aube ne dore plus le ciel pur et léger.

Oh ! que ton jeune amour, ce papillon léger,
Revienne vers mon coeur d'une aile prompte et douce,
Et qu'il parfume encor les fleurs de l'oranger,
Les roses d'Ispahan dans leur gaine de mousse !


Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894)
Par kirdis3 le 16/09/2014 à 20:56
 
picture.php?strid=03d24f4444e06d08c5a9f9
 
Par Ma_vie_sans_moi le 16/09/2014 à 20:34


Ferme des 1000 vaches : le blocus est terminé mais le débat continue, nous dit l'AFP. Un peu comme sur GA, c'est fini mais ça peut recommencer.



Ferme des crocodiles : en Thaïlande une femme se suicide en se jetant dans la fosse aux crocodiles. - C'est moins banal que sous le RER et tout autant efficace !



Ferme du bonheur : Chalala, chi bidibi, chalala... yeh !



Ferme la porte avant de sortir Manuel Valls : l'assemblée a voté la confiance mais Christian Jacob, ému, la voix prise, [merci pour ce moment], a prophétisé - Vos jours sont comptés, Mossieur le Promier Ministre ! Et j'ai hâte, a-t-il laissé entendre. Oui, Sarkozy revient, c'est inéluctable, et je prendrai ta place bougre de vache et c'est tout ce qui compte ! Ble ble bleeubleuuuu... [Pour ceux qui n'auraient pas reconnu, c'est le bruit du chameau qui blatère.]



Ferme des gaiens : le moral n'est pas au beau fixe. Ça torpille dans tous les coins, on croirait un nouveau califat. A supposer qu'un crocodile se jette dans la fosse, il finirait suicidé par sodomie tellement tout le monde est énervé.



Ferme-la, MVSM  :  Avec tout ça, j'en oublie le plus important, l'évènement du jour, célébré par Google soi-même, Casimir fête ses 40 ans ! Comme Kirdis, le gros diplodocus orange n'a pas vieilli. Il pense toujours que le FHAR est d'actualité. Pour ma part,  moins ambitieux, je me contente de temps en temps de cuisiner d'excellents fars bretons. Mon Dieu, c'est simple et c'est bon ! :)


Par lamour-en-cage le 16/09/2014 à 13:26


Récemment, j'ai arrêté de venir dans GA durant presque un an. La raison principale de mon absence est que tout allait bien dans ma vie. Ma situation professionnelle s'est améliorée. J'ai arrêté la drogue et l'alcool, et mes relations avec les mecs sont devenues plus satisfaisantes, plus hédonistes, plus suivies... 

J'ai connu le site gayattitude quand il avait 2 ans. A l'époque, le site était très différent. Il était sain. Aucune trace de trolls. Quand quelqu'un appréciait votre gueule et ce que vous mettez dans votre profil et votre blog, il vous le faisait savoir, sinon il passait. A l'époque, il y avait aussi beaucoup de mecs bienveillants et bien dans leurs têtes. J'ai rencontré beaucoup de gaiens à l'époque. J'ai bien baisé et je suis sorti avec quelques uns. 

Puis avec l'apparition du JDI, le site a vu l'apparition d'individus étranges avec des commentaires douteux. On parle beaucoup des trolls nuisibles qui ont pourri le site mais on parle rarement des nourrisseurs et des créateurs de trolls.

Gayattitude est devenu toxique avec l'apparition de névrosés frustrés sans vis sociale et que personne ne voulait baiser. Ils se connectaient jours et nuit, passant leur temps à laisser des commentaires méprisants, donnant des leçons, appelant à la censure et à la chasse aux sorcières, jouant aux dames pipi... Ce sont ces gens, des gens comme Skrool, Ernest,  Paragoon Palladium, Stevezizzou, Jeanfrançois et beaucoup d'autres qui ont préparé le terrain au troll. Avec leur venin de frustrés mal baisé, ils ont tapissé gayattitude avec une épaisse couche de fumier.

GA est un côté asile psychiatrique livré à lui-même. Je suis présent dans les réseaux sociaux et d'autres forums depuis longtemps. Mes rapports ont toujours été apaisés et "normaux" avec les autres. GA m'a rendu agressif et méchant malgré moi. A force de trouver dans mon blog des commentaires fourbes, d'une condescendance hypocrites, à force de subir la chasse au sorcière de lâches qui se cachaient derrières leurs écrans, je suis devenu à mon tour venimeux.



Par Pulsar1 le 16/09/2014 à 13:18
picture.php?strid=05112abda555da003ecf2a

... où "les femmes y lavaient leur linge et y salissaient leurs voisins"


Par ma-tata-hari le 16/09/2014 à 04:02


picture.php?strid=eb93a958b21188257f7a92
picture.php?strid=fa55bc847e6248e7265d07
picture.php?strid=18e29b2ea37ead3a34d256
picture.php?strid=c141866fa93c4f2a57ce26
picture.php?strid=6da7d35163f4b43ad05bb2
picture.php?strid=31ed43f4cdb136d5ca0dfe

dog photography by Elke Vogelsang


Par kirdis3 le 16/09/2014 à 00:42

 

picture.php?strid=e709f2e4f7ed4a76f90d46

Le plus pathétique c'est ceux des (vieux) blogueurs de GA qui osent encore se réclamer de la lutte pour la cause homosexuelle, celle qui étaient au corps à corps avec tous les combats, ceux des droits, du respect de la différence et de l'égalité entre tous sans exception et qui avait su relever le gant de la lutte des classes.
Ils sont devenus de vils bourgeois, des moutons, des kapos (pour paraphraser Theomik), des ultras profitant des privilèges d'un système qui a fini par les désintégrer parmi la caste des gens biens, des bien-pensants, des dominants.

A ces mariés, à ces pétasses, à ces vendus, à ces bourgeois, à ces traîtres, à ces pleutres et ces grand piètres je chie à la gueule.... au nom des sans-dents, des roms, des chômeurs, des palestiniens  (et j'en passe).

Vive GA libre :-) !
 
 

Par Motard1100GsxR le 16/09/2014 à 00:01

Depuis l'annonce de l'arrêt du petit cheval blanc de GA, c'est le bal des casse-pieds.

Henriparis vient de se rendre compte qu'il bossait pour une bande de casse-couilles égoïstes et égocentriques sans rien recevoir en échange, si ce n'est des emmerdes. Humble, il va jusqu'à s'excuser de l'échec de la nouvelle mouture d'un site dont il est l'équipe toute entière sans même un chef de projet.

Devant la fronde du petit cheval blanc, il sort à la pelle des articles (y compris le mien) "d'analyse" de la mise au point mort de la charrette GA.

Alex, le "cerveau" de GA nous dresse une analyse en 3 points en oubliant qu'il a été censeur sur ce site, un censeur partial et muet (comme d'autres).

MVSM (qui avait quitté le site, puis est revenu avec un autre pseudo) attaque (à juste titre) un administrateur de l'association qui publie son blog ailleurs, comme un gars de Coca qui achèterait du Pepsi. MVSM, remettant aussi la faute sur les autres qui ne sont, selon ses dires, que des crétins comme tous ceux qui ne sont pas d'accord avec lui...

Karedig, administrateur de l'association mis en accusation par MVSM, nous explique que c'est par pitié qu'il met un lien de son blog extérieur sur GA. lol ! Presque pas le bourrichon, le mec.

Mais la raison de l'échec de ce site, ce n'est pas la faute des défauts de tous ses inscrits, moi y compris avec mes propos bruts de décoffrage parfois (ou souvent diront d'autres), c'est le manque singulier de tolérance vis à vis des uns et des autres !

Certes quelques-uns débattent avec force d'arguments et d'explications, mais bien d'autres ne font qu'injurier et mentir pour satisfaire leur "MOI", ou s'acharnent sur une proie avec leur clan (puis deviennent parfois elles-mêmes des proies). Si on ajoute à cela les réelles psychopathies de certains inscrits ou non, y compris parmi les administrateurs de l'association, en faire une réussite était impossible. C'est tant pis pour nous.