Le Journal des inscrits - 2 août 2014
Jour précédent
Par koumkoum le 02/08/2014 à 01:24

 Michel Onfray commence sa saison de contre histoire de la philo en pleine forme, démolissant le travail d' Heidegger le nazi (et bien d'autres penseurs sans préciser toujours ceux qu'ils respectent en tant que tel ou pas) sans grandes nuances, comme si le manque d'humanité chez une personne rendait la valeur et l'interet de son travail abscons (ce que j'en ai compris ) : trouver digne d'intérêt ou même "exceptionnel" le travail de quelqu'un ne veut pas dire qu'on en est fan et Heideggerien pour autant ! ou qu'on estime que cette personne soit digne...  c'est deux choses différentes. Ou alors il se justifie en critiquant les raisons avancées par ceux qui trouvent son travail de premier ordre, ce qu'il ne fait pas vraiment, il n'y a aucun exemple. lamentable.
(personnellement je n'ai pas d'avis je n'ai pas lu Heidegger même si j'ai quelques notions de sa pensée mais ca n'est pas la question)

Vendredi c'etait le tour entre autre à Soral, en pointant ses "comparaisons qui ne sont pas raison" et ses raccourcis, ce qui est certainement justifié (en tout cas un certain nombre surtout lorsqu'il s'en contente pour conclure) ... le souci c'est que Mr Onfray s'y prend de la même manière pour le démontrer...
Par exemple Soral a régulièrement précisé qu'il remettait en cause les dirigeants sionistes et non pas les juifs dans son ensemble : je suis quasi certain que M. Onfray est au courant; la remise en cause se tiendrait donc logiquement et précisément dans le faite qu' il utilise trop souvent à tord et à travers malgré tout, le terme juif ou judaïsme et critiquer son raccourci entre sionisme et anti-dirigeants sionistes ; prendre l'hypothese qu' il y aurait plusieurs idéologies dans le sionisme même, rappeler l'existence d' anti sionistes chez des juifs orthodoxes notamment à cause de passages dans la Torah ou le Talmud  etc.... ; dans un premier temps la question pour débiner Soral si il le souhaite est là et pas ailleurs... mais plutôt que de rappeler qu'il y a DES juifs,  comme il l'a dit pour Hannah Arendt qu'il défend (évidemment puisqu'elle a essayé de mettre en application sa philosophie comme peu de penseurs l'on fait) ce qui sous entend qu'il y aurait DES idéologies ou DES cultures au sein du judaïsme qu'on appellerait "courants" ( c'est plus discret...), M Onfray se cantonne à l'utilisation d'un sophisme.... qu'il dénonce. Pour un sujet aussi sensible,  c'est plus que décevant de sa part;

J'aurais pu continuer sur son jugement avantageux vis a vis des Etats Unis concernant leur choix de faire la guerre, leur bombardement sur Dresde ou Nagasaki... pourquoi pas, mais en oubliant totalement ce qu'il venait de dire sur un des inventeurs allemands de la bombe récupéré par la Nasa ou en oubliant le financement des firmes allemandes par Ford, le rôle financier du grand pere de Bush avec IG Farben ou le rôle de General Motors etc... et je préfère donc m'arrêter là mais au moins je suis claire : pas à cause du faite que Mr Onfray n'a point de talents et n'est pas digne d'interêts, mais parcque plus qu'être décevant, il dégoute, du faite même de son talent pas forcément au service de la "valeur esprit" ; un peu comme Heidegger quoi.
Plutôt que de partager ses belles trouvailles d'investigations et ses déductions à charge contre tout ce qui touche de pret ou de loin la culture romaine , à décharge pour ceux qui ont imposé le libéralisme impérialiste et le libertarisme ( en sachant très bien qu'il fait des nuances sur ces termes mais je fais ici une critique sur le choix globale -hasardeux ou subtiles- de ces exemples), je préfère partager ce moment qui n'a pas forcément besoin de bons sentiments pour être apprécié :