Le Journal des inscrits - 29 janvier 2015
Jour précédent
Par Pulsar1 le 29/01/2015 à 12:57


Par dorant le 29/01/2015 à 12:32
picture.php?strid=d2fc2a4d17ecf6eee8062e


Et la légende devint réalité ?
Par diegomax le 29/01/2015 à 12:18
A l'heure où HenriParis s'apprête à mettre  fin à l'acharnement thérapeutique, parachevant ainsi son œuvre de  rénovation, les deux enfants monstres de GA, bouffis d' ingratitude, ne viennent même pas saluer une dernière fois leur vieille  maman. 
quelle sale époque...
Par ma-tata-hari le 29/01/2015 à 00:01

picture.php?strid=8e06f3813734f93f22550e


Sur France Culture François Bayrou a déclaré :
" Il faut d'abord identifier le sujet dont on parle, c'est-à-dire une opération commerciale montée, un coup, un de plus. C'est fait pour vendre à partir d'une recette éprouvée qui est créons un scandale, surfons sur les sujets les plus brûlants. Faisons semblant d'ajouter du crédit à cette question. Tout ce dont nous parlons n'est en rien le sujet du livre. Le sujet du livre, c'est l'impuissance amoureuse et sexuelle d'un héros", estime le président du Modem, qui n'a visiblement pas plus apprécié "Soumission" à titre politique que littéraire, estimant en outre que "les personnages n'existent pas, il n'y a aucune épaisseur, ni dans le personnage du président, ni dans aucun autre. La seule chose qui existe, c'est le face à face entre le héros et son impuissance".

François Bayrou en a rajouté une couche à la TV, chez Laurent Ruquier, mais curieusement on ne trouve pas trace de l'intervention de Bayrou sur le site d'ONPC.

Samuelson & Co (dont on connait le pouvoir de nuisance) aurait-il fait pression sur Laurent Ruquier ? ça ne nous étonnerait point du tout.

Le torchon de Houellebecq est un ramassis de trucs et machins ratissés à droite et à gauche on y trouve des emprunts (de situations) à son ex-copain D. Noguez, des citations de thèses sur J.K. Huysmans, pour faire savant, et même du placement de produits (Géant Casino et Amazon entre autres). 

C'est à se demander si le signataire de ces pages est réellement pour grand chose dans cet assemblage qui semble hâtivement réalisé tant il manque de rigueur.

Le tout est si mal fait qu'on voit les collures des emprunts, vu que parfois il y a des sauts de paragraphes entiers. Un travail bâclé et sans grand intérêt.

"La débandade" eut été un meilleur titre, correspondant mieux au contenu...

( Illustration réalisée à partir de la couverture de l'édition allemande. Les éditeurs allemands ont beaucoup d'humour... ce n'est pas toujours le cas chez nous de la part des tenants d'une rigueur intellectuelle -à géométrie variable-.)