Le Journal des inscrits - 2 septembre 2014
Jour précédent
Par jeanlucg31 le 02/09/2014 à 20:09


Yvette Macron : "J'étais bourrée".

Pour définir sa vision de la gauche, Emmanuel Macron déclare dans un entretien au quotidien Ouest France :

"Il n'est pas interdit d'être de gauche et de bon sens : si on ne produit pas, ma grand-mère m'a toujours dit qu'on avait pas grand chose à distribuer".

Par Epikouros le 02/09/2014 à 19:53


picture.php?strid=0208de00fca004baa0a1e9


REINE OU EMPEREUR ?

 

 

Les fleurs ont-elles un sexe ? Une identité sexuée dûment cataloguée et déterminée une fois pour toutes ? La question du “genre” trouble-t-elle le monde végétal autant qu’elle divise stupidement la société française ? Certes, une rose ne peut être qu’une accorte demoiselle tandis qu’un tournesol a tous les attributs d’un Seigneur et Maître. Mais qu’en est-il de cette promesse faite fleur qui va bientôt triompher à l’étal des fleuristes ? Pas encore l’éblouissante corolle, non, juste le bulbe prometteur. Je veux parler de celle – ou de celui – qui est l’élu(e) de mon cœur autant que le bonheur concupiscent de mes yeux : la mirobolante amaryllis.

[La suite sur mon BLOG, si ça te dit...]
Par Felix-Culpa le 02/09/2014 à 19:01
Des mots que seules les femmes connaissent
http://www.figaromadame.fr
"Taffeta", "mascarpone" ou encore "glycine" ne font pas partie du vocabulaire masculinPhoto Jean Gill / Getty Images

Les mots « taffetas », « mascarpone » ou encore « glycine » ne font pas partie du vocabulaire masculin. 

Tandis que les hommes parlent voitures, leurs femmes débattent stilettos et fourneaux. Cliché ? Oui, et pourtant notre connaissance et notre utilisation du vocabulaire viennent renforcer le stéréotype.

Des chercheurs en linguistique de l’université de Gand en Belgique ont non seulement observé une criante disparité femme-homme dans l’utilisation de certains mots mais, pire encore, ils ont relevé que toute une sémantique était parfois inconnue de chacun des deux sexes. À qui la faute ? Notre cerveau peut-être, la publicité surtout. 
Un test de vocabulaire, disponible en ligne, propose cent mots, réels ou inventés, et invite l’internaute à indiquer si le terme lui est familier ou non. Ainsi, le terme « taffetas » n’est connu que par 48% des hommes ayant participé à l’étude, tandis que le tissu de soie n’a aucun secret pour près de 90% des femmes qui se sont essayées à l’exercice. Le contraste est similaire pour les mots « tresses », « mascarpone », « glycine » ou encore « progestérone ». À l’inverse, tout un vocabulaire lié à l’informatique, à la robotique et aux voitures compte beaucoup plus d’adeptes côté masculin. Le terme « codec » est, par exemple, connu de 88% des hommes contre seulement 48% de la gent féminine. 
Si cette connaissance est directement liée au quotidien et aux activités de chacun ainsi qu'à des environnements socio-économiques différents, elle est particulièrement renforcée par le vocabulaire de la publicité et du marketing.

Lorsque les mots deviennent agressifs

Crystal Smith, blogueuse et rédactrice canadienne, a analysé comment la publicité pouvait formater l’esprit des enfants. Après avoir recensé plus de mille mots dans une cinquantaine de spots télévisés dédiés aux jouets et à destination de petites filles et de petits garçons, elle a dressé un constat sans appel. D’un côté, l’ « amour », la « magie », l’ « amitié » et la « mode ». De l’autre, le « pouvoir », la « bataille », les « héros », le « feu ». L’analyse devient inquiétante, non pas tant dans ce contraste (oui, les petites filles continueront à jouer à la poupée), mais plutôt dans la violence du vocabulaire proposé aux petits garçons. À qui on impose d’aimer se battre, de se complaire dans l’agression, le bruit et l’action. Pas étonnant donc, que cette disparité se traduise plus tard dans l’utilisation d’un lexique genré. 
Il n’est cependant jamais trop tard pour se procurer le petit dictionnaire pratique de mécanique et d’électricité ou, au choix, celui de la mode, histoire d’enrichir son vocabulaire.  

Par Felix-Culpa le 02/09/2014 à 18:15


Un jeu très amusant : vous avez une photo d'un lieu qui s'affiche et on vous demande de pointer sur un planisphère l'endroit où vous estimez être. Vous marquez plus ou moins de points selon l'éloignement de votre estimation avec la réalité. Se joue en 5 manches... j'ai marqué 5241 puis 6753 points, puis 7120pts

meilleur score pour le moment : 12888 points !


GeoGuessr





Par Felix-Culpa le 02/09/2014 à 18:05

Comme Brotherhoodofman le signalait hier...

La mairie de Puteaux offre des cartables roses aux filles, bleus aux garçons

Publié par Julien Massillon, Yagg


La mairie UMP de la ville n'a visiblement pas tout compris à la lutte contre les stéréotypes de genre à l'école.
b687ab0436b1fd4c766bc7412de9148e.jpg

Alors que Najat Vallaud-Belkacem assurait ce matin que l’école doit être «un lieu d’égalité entre les filles et les garçons», la mairie de Puteaux dans les Hauts-de-Seine fait passer le message contraire. Lors d’une distribution de fournitures scolaires offertes par la ville, des cartables bleus ont été distribués aux garçons et des cartables roses aux filles. À l’intérieur, un exemplaire de Construis ton robot pour les premiers, et Crée tes bijoux pour les deuxièmes.

Contacté par Yagg, le service communication de la mairie n’était pas en mesure de répondre pour le moment. Le siège de maire de Puteaux est occupé par Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP) qui fut la suppléante de Nicolas Sarkozy à l’Assemblée nationale de 1997 à 2007. Elle a été condamnée en 2007 pour diffamation homophobe à l’encontre de son opposant gay Christophe Grébert (MoDem). Celui-ci a notamment condamné le coût de cette mesure et explique le recours à ces couleurs par «le mauvais goût» de la maire: «Elle est restée bloquée dans les années 50, juge-t-il, sollicité par Yagg. L’an dernier, les cartables étaient noirs pour tout le monde, mais ce n’était pas très gai alors qu’elle aime les couleurs flashy. Le rose et le bleu, c’est un choix personnel de sa part, mais le problème, c’est qu’elle l’a fait avec l’argent public, avec la dotation globale de l’État à la commune.» Il chiffre le montant des sommes allouées à l’achat des fournitures pour les 4500 écolièr.e.s de la ville à 150 000 euros.

Via Ladies and gentlemen.


Par ma-tata-hari le 02/09/2014 à 16:47


picture.php?strid=a645cf30bcdc6f42590c01


Un seul être vous manque et tout est repeuplé...
Par LLD le 02/09/2014 à 16:37

Ceci est un extrait copier/coller au hasard d'Internet :

L'affaire des vedettes de Cherbourg

Ne pouvant récupérer les avions, Israël décide de mettre la main sur les vedettes lance-missiles retenues à Cherbourg. Il s'agit de cinq des douze "patrouilleurs rapides" (c'est leur désignation officielle) que le gouvernement de Tel Aviv avait commandé en 1965 aux chantiers Amiot (43). Deux contrats successifs avaient été signés. le 26 juillet 1965 et le 14 mars 1966, représentant un montant global de 120 millions de francs. Cette commande revêtait d'autant plus d'importance aux yeux des Israéliens que les bâtiments de ce type étaient les seuls au monde à pouvoir rivaliser avec les vedettes lance-missiles Komar, livrées par les Russes avec les vedettes lance-missiles Komar livrées par les Russes aux Égyptiens (44).
44. Rappelons que le Destroyer Eilath, orgueil de la marine israélienne, avait été coulé par deux vedettes Komar équipées de Styx, le 21 octobre 1967, en mer ROuge. Les Israéliens ne tenaient plus à se laisser surprendre...

Le 3 janvier 1969, lorsque le Général De Gaulle mit en vigueur le deuxième embargo, six vedettes avaient déjà été livrées.
Six mois plus tard, en accord en accord avec son supérieur hiérarchique, Moshe Dayan, l'amiral Limon prépare dans le plus grand secret son plan pour soustraire à la vigilance des français les cinq vedettes restantes.

Par kirdis3 le 02/09/2014 à 12:01

Comment pouvez-vous savoir si la Russie a envahi l’Ukraine ?

Paul Craig Roberts

(...) "
Malgré cette affirmation absurde, quelques uns des tabloïds occidentaux, presse de caniveau, ce que sont aujourd’hui tous les journaux occidentaux, ont aussi déclaré que ces 1000 soldats russes sont “une invasion à grande échelle”. Tout ce non-sens est une préparation pour la réunion à venir de l’OTAN au Pays de Galles. La désinformation est utilisée pour créer une hystérie totale afin de justifier un musclage de l’OTAN aux frontières de la Russie, chose qui pourrait bien résulter en une guerre finale." (...)

Lire l'article ...
 
Par Felix-Culpa le 02/09/2014 à 11:32


Me faire passer pour toi serait une telle déchéance que je m'en garde bien !...


Par humourblack4 le 02/09/2014 à 11:20


picture.php?strid=3e72c5f6056062301e8492

Par Felix-Culpa le 02/09/2014 à 07:01

Si le Monde était débarrassé de Jean-Fripon, quelle bénédiction CE serait que de vivre !...