Le Journal des inscrits - 18 avril 2014
Jour précédent
Par dorant le 18/04/2014 à 20:56
picture.php?strid=7794eafc4455c13cbcd8bc

Mon article ...

C'est une méga-teuf à Alger et dans tout le pays ! Le peuple algérien peut désormais affronter l'avenir avec calme et sérénité : cinq ans de plus pour Boutef !
Par kirdis3 le 18/04/2014 à 20:19

 

picture.php?strid=19d36e9a22ac2c587a59ac


Les algériens ont donc élu une voiturette.

Ici au bureau de vote, le jeune dauphin s'enquiert de la façon de conduire cet amusant véhicule.

Par lo-lo le 18/04/2014 à 19:49
picture.php?strid=71e9819c6860311749024e

Je m'ennuie donc je dessine à la sanguine...
Par jeanlucg31 le 18/04/2014 à 18:29


Rayon cheveux : vous êtes plutôt Princesse Leia ou Edward aux mains d'argent ?
 
blow up / arte

Par DOny le 18/04/2014 à 17:56
Dans la catégorie profil ou annonce désertée de toute logique.



[Proposition indéfinie]
- Plan sympa avec tbm beaux mecs villa avec piscine mais trop la flemme de bouger.
- Cherche pote amis, pour plan cul régulier. Sans lendemain. - 627ième annonce depuis 10 ans pour trouver l'amour. Aucun effort requis, ni concession de ma part . Pas prise de tête sinon passe ton chemin... 628ième annonce depuis 10 ans pour trouver l'amour...
- Hétéro ni gay ni bi, cherche à me faire limer en douceur et profond.
- Bi cherche pour 1ère uniquement beaux mecs sur mes critères.
- Jeune suce tout le monde pour 20e... uniquement jeunes, beaux et BM.
- Bi cherche mec à soumettre progressivement et dans le respect. Plan déprave à 5 dès le premier soir.
- Ouvert à tout type de rencontre. Si tu ne sais pas ce que je veux, passe ton chemin.








Par kirdis3 le 18/04/2014 à 16:27
 
Soigner ou expulser ?

En France, un étranger gravement malade reste d'abord et avant tout un étranger. Chaque jour sur le terrain la même mécanique se met en place, réservant à nombre d'entre eux un traitement inhumain : déni de droits, interpellation, enfermement et expulsion vers des pays qui n'offrent aucune garantie d'accès aux soins. En violation totale du droit à la santé, des milliers de personnes atteintes d'hépatite C, de diabète ou du VIH vivent désormais sous la menace d'un retour forcé au pays. Retour souvent synonyme de condamnation à mort eu égard à la gravité de leur pathologie.

Pourtant, depuis 1997 un principe fort s’était progressivement imposé : soigner, plutôt qu’expulser une personne gravement malade sans papiers, lorsqu’il est établi que sa pathologie ne pourrait être prise en charge dans son pays.

Aujourd’hui, ce principe est oublié. Cette évolution a été amorcée par la loi du 16 juin 2011 permettant des expulsions vers des pays où les traitements sont officiellement existants, sans se préoccuper de savoir si la personne pourra effectivement y avoir accès. Malgré des instructions plus protectrices du Ministère de la Santé, cette loi reste souvent appliquée de manière restrictive.

Lors de la campagne présidentielle, François Hollande s’était engagé à rétablir la prééminence du droit à la santé. Il avait qualifié cette législation de « dangereuse et hypocrite ». Dangereuse, elle l'est incontestablement. En imposant aux malades une peur permanente de l'interpellation, elle les éloigne de soins indispensables à leur survie et pose même des problèmes de santé publique lorsqu’il s’agit de pathologies infectieuses. Hypocrite, elle l'est tout autant, car, elle n’a aucune incidence sur la régulation de l'immigration compte tenu du faible nombre de personnes concernées.

Au quotidien nos activités nous permettent de constater que, loin de s’améliorer, la situation s’est dégradée. Les drames humains se succèdent, au terme d’un processus opaque masquant la réalité et l’ampleur du phénomène. Depuis la fin de l’année 2012, nous avons dû alerter les ministres de la Santé et de l’Intérieur sur plus d'une trentaine de situations de personnes gravement malades, pour tenter de faire cesser leur enfermement ou d’éviter leur expulsion.

Mais combien d'autres ont été expulsées sans que nous en soyons informés ? Combien d'entre elles sont mortes depuis, faute de traitement dans leur pays d'origine ? Personne n’est aujourd’hui en capacité de l’évaluer. La seule chose dont nous sommes sûrs, c'est qu'aucun gouvernement jusqu'ici n'avait enfermé et expulsé autant d'étrangers gravement malades.

Pour ceux qui pensaient que le changement de mandature allait faire primer la santé des personnes sur la politique du chiffre, c’est une cruelle désillusion.

D’un côté, cette situation révèle le peu d'empressement du Ministère de la Santé à faire respecter le droit à la santé. De l’autre, le zèle du Ministère de l'Intérieur a totalement décomplexé les pratiques des préfectures. De nombreux préfets durcissent les procédures d'octroi ou de renouvellement des titres de séjour pour soins. Ils s'arrogent même des compétences normalement dévolues aux médecins, évaluant eux-mêmes l'état de santé des personnes et l'existence de traitements dans le pays l'origine. Voilà ce qui se passe quand les préfets jouent au docteur : une procédure arbitraire, non conforme à la loi, basée sur des critères subjectifs et en totale violation du secret médical. Ainsi, des personnes séropositives se voient-elles expulsées vers la Côte d'Ivoire ou le Bénin alors que la prise en charge du VIH n’y est absolument pas garantie.

Ces pratiques conduisent un nombre croissant d’étrangers malades à un placement en rétention extrêmement dommageable à leur état de santé. En février 2014, un homme atteint de troubles psychiques graves est ainsi enfermé à Toulouse en vue de son expulsion. Au lieu de recevoir des soins psychiatriques appropriés, il passe huit jours dans une cellule d’isolement disciplinaire qui aggrave sa souffrance psychique. Par ailleurs, de plus en plus souvent, des personnes sont présentées à l'avion avant même qu'un avis médical n'ait été rendu. Quant aux étrangers malades exécutant une peine en maison d'arrêt, ils sont pour la plupart expulsés à leur sortie de prison, sans qu’à aucun moment une procédure de protection ne soit initiée, au mépris de la loi.

Le rapport de la Cimade sur le droit à la santé des personnes enfermées en rétention administrative.

Dans toutes ces procédures où règnent l’arbitraire et l’opacité, rien ne garantit plus l’évaluation médicale avant l’expulsion. Rien ne contraint non plus l’administration à informer les malades des décisions prises les concernant.

Il est donc temps de rétablir une politique respectueuse de la santé et de la dignité des personnes. Nos associations en appellent à une réponse gouvernementale coordonnée pour redonner au droit de séjour pour raison médicale sa vocation première : permettre aux personnes malades résidant en France de poursuivre leur prise en charge médicale, sans vivre sous la menace d’une expulsion.

Sur le plan de la législation, le retour au dispositif antérieur à la loi de 2011 est donc nécessaire.

Sur le plan des pratiques, l’enfermement en rétention des étrangers présentant des affections sévères et les procédures abusives régulièrement constatées en préfecture doivent cesser.

Enfin, un cadre juridique contraignant doit être instauré pour permettre un accès effectif à la santé en cas d’enfermement, et la suspension de toute expulsion tant qu’un avis médical n’est pas rendu.

Il appartient au Premier Ministre de réaffirmer au plus vite le primat des enjeux de santé sur les objectifs de contrôle migratoire. Un dispositif transparent doit être mis en place, sous la tutelle exclusive du Ministère des Affaires sociales et de la Santé, afin de garantir la protection des étrangers gravement malades.

source

 

__________________________________________________________________________________

video.jpg

Droit des étrangers malades, le film qui dénonce, par Aides.

Par ma-tata-hari le 18/04/2014 à 15:40


http:tumblr_n2fjr67ISR1sg3kaoo1_500.gif
Par kirdis3 le 18/04/2014 à 15:22

 

Monsieur Académie Française,

Nous y a pas bien parler l’y français. C normal nous y a être juste d’y quartier, juste des fils d’immigrés crouille, niakoué, youpin, bougnoule et pis, et pis d’autres…
Nous p’tite tête pas maline, c normal, mais nous bien comprendre qui grand philousophe d’y chez vous, ben y ne nous aime pas. Y trouve que nous qu’on salit la France et sa petite tronche de bourge intégrationné.
Ah si sûr, nous pas bien comme y faut, nous pas bien causer, nous jamais content, nous jamais être comme y faut, nous avoir drôles d’idées surtout quand c’est religion. Nous pas intégrés. Alors le philousophe, on a bien compris y veut nous dysintégrer qu’on l’emmerde plus.
Lui y crane passe que il est « français de souche » et nous y pourra jamais y être.

Nous, les p’tits cons, on a bien compris ce que vous vouloir dire aux immigrés. Sûr, nos parents y se sont foutu l’doigt dans zoeuil pisque y croyaient v’nir dans le pays « Liberté, Egalité, Fraternité ». Ben mon cul tout ça. Nous les chtars nés ici on voit bien. L’mot fraternité c juste de la réclame pour vendre. Victor Hugo, Marguerite Yourcenar, Aragon, ça c’est juste pour qu’à l’ycole on s’la donne. Mais maintenant c FN à Fréjus et Kinkelkraut à l’Académie.

Hé, m’sieur qui êtes grand et immortel, l’y manant qui fout sa signure ici y pense que vous êtes d’sacrés vieux salauds. Y pour nous autres, la France elle s’nomme fraternelle et c pas l’votre bande connards à canne.


Les signataires

http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2014N46211

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

picture.php?strid=a24dc1ce935059be4144d1
Par Karedig le 18/04/2014 à 13:15

picture.php?strid=85512be0a296ceacb46b28

Un nouvelle Assemblée Générale de l'association Gay Atttitude est planifiée le samedi 24 mai. Le lieu et l'ordre du jour seront communiqués ultérieurement. Un fil de discussion est ouvert sur le forum dans le groupe "GA : l'association".

Penser à adhérer ou renouveler sa cotisation : association GA.


Par Guido-Falxius le 18/04/2014 à 09:06

Other Pictures Of Him

Go To My Blog




picture.php?strid=e6ef3f526728ddcf446808



Par humourblack3 le 18/04/2014 à 08:54


Un de mes petits rayons de soleil ........


picture.php?strid=e04a25df06dbcfd5662930

Par pomarian le 18/04/2014 à 08:16

Radio bistrot à Reims

"Un jeune mahgrebin qui travaille pas est un pleonasme"