Le Journal des inscrits - 21 avril 2014
Jour précédent
Par Jerem51 le 21/04/2014 à 11:28
sipa_00625079_000002.jpg

Alors que le gouvernement, avec un fort appui des Français qui ont voté massivement pour l'UMP, parti ultra-favorable au Pacte de compétitivité, a proposé toute une série de mesures pour alléger les coûts des entreprises par la disparition d'un certain nombre de cotisations sociales et de taxes archaïques, en proposant un plan de 50 milliards d'euros pour y faire face, nombre d'économistes s'alarment de la trop forte progression des salaires dans le privé malgré la crise.

"Si elle se confirme, cette évolution (...) met en danger l'efficacité du crédit impôt compétitivité emploi (CICE) pour réduire durablement le coût du travail(...) et surtout, elle rend très difficile une inversion de la courbe du chômage à moyen terme", affirme même le Conseil d'Analyse Economique, repris par le nouveau patron des patrons, Pierre Gattaz: "Depuis une douzaine d'années nous avons augmenté les salaires au-delà de la productivité et au-delà de l'inflation". Pour lui, "la différence de coût du travail avec l'Allemagne est expliquée aux deux tiers par une non-modération salariale en France. Le grand danger est que la baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros, CICE compris, prévue d'ici 2016 dans le pacte de responsabilité, soit absorbée par les hausses de rémunérations", ce à quoi renchérit Nicole Dufourcq, directrice de la Banque publique d'Investissement qui explique qu'avec "en moyenne 2,5% d'augmentation de salaires, on mange le CICE en un an" !

Ainsi que vous l'aurez compris, le plan Valls qui prétend ne s'attaquer qu'au dépenses publiques, est l'arbre qui cache une forêt beaucoup plus dure pour l'ensemble des salariés du privé qui vont désormais devoir, eux aussi, subir le gel des salaires pour ne plus nuire à la compétitivité de leurs entreprises. Le but est même d'arriver à rejoindre le "modèle" allemand que l'économiste Eric Heyer, de l'Observatoire français des conjonctures économiques, résume ainsi: " Ce n'est pas de la modération salariale, cela va plus loin, c'est de la désinflation salariale" que l'Allemagne a pratiqué depuis le début des années 2000, ajoutant que "2,5 millions d'Allemands gagnent toujours moins de quatre euros de l'heure".

Une politique de gel des salaires du privé qui devrait, là aussi, remporter une large adhésion des Français puisqu'ils ont largement voté en ce sens aux dernières élections.


Par Pulsar1 le 21/04/2014 à 09:55
picture.php?strid=70bda4ff0465de59de4da6
Par Felix-Culpa le 21/04/2014 à 08:22

picture.php?strid=891967f5ac994a73d89d17


... soit 4 mariages sur 100 (plus qu'en Belgique, en espagne et aux Pays Bas, où les mariages entre personnes de même sexe représentent 2 à 3% du total des mariages)

Un quart des mariages de personnes de même sexe a été célébré dans des villes de plus de 200.000 habitants et un quart dans des communes de moins de 2.000 âmes. Sans encombre.

1332 mariages ont été célébrés à Paris, soit 15,67% des unions en mairie sur un an

127 à Marseille

122 à Nice, (12,86%)

98 à Montpellier, (10,32%)

90 à Nantes

79 à Bordeaux

49 à Lille

38 à Reims

48 à Rennes (10,71%)

27 à Caen , Angers et Villeurbanne

22 à Tours

21 à Clermont-Ferrand et Aix-en-Provence

20 à Boulogne Billancourt

18 au havre et à Nimes

Moyenne d'âge pour les hommes : 50 ans, pour les femmes: 43 ans

selon l’Insee, en France, trois couples de même sexe mariés sur cinq sont masculins.

en 2012, 160.200 pacs avaient été conclus – en hausse de 5,5% en un an -, dont 7.000 concernaient des personnes de même sexe


INTERVIEW -  Dominique Bertinotti, ancienne ministre déléguée à la Famille, dresse pour le JDD un premier bilan de la loi sur le mariage pour tous.

D'après notre enquête, les mariages entre couples de même sexe représentent plus de 10 % des unions célébrées depuis un an à Paris, Nice, Montpellier, Nantes, Bordeaux et Rennes. Cela vous étonne-t-il?
Cela démontre simplement que cette loi répondait à une véritable attente. Oui, certains couples de même sexe ont envie de se marier pour les mêmes raisons personnelles qui motivent certains couples hétérosexuels à le faire : au regard de leurs familles, de la société, ils ont ce désir personnel de pouvoir dire : "Nous sommes mariés." Mais ce n'est pas une question de chiffres. L'objectif de la loi n'était pas de mesurer combien la France compte de couples homosexuels ni combien d'entre eux souhaitent se marier, mais de respecter les choix de vie de chacun de nos concitoyens, d'offrir à tous la même facilité de droits. Il me semble que, dans la démocratie moderne, nous nous devons de permettre à tous les Français de bénéficier d'un accès aux mêmes droits, quelles que soient leur sexualité, leur couleur de peau ou leur origine sociale.

En avril 2013, le climat était délétère jusque dans l'hémicycle de l'Assemblée, où des députés en étaient venus aux mains et avaient hurlé aux "assassins d'enfants"…
Un an après, j'ai envie de dire : "Pourquoi tant de violence?" Le débat ne méritait pas tant de brutalité. Certains prédisaient alors des troubles à l'ordre public, mais nos concitoyens sont plus matures que cela. Au bout d'un an, nous sommes dans l'apaisement et le mariage entre couples de même sexe s'est banalisé.

Que dites-vous à ceux qui attendaient plus et considèrent que le gouvernement n'est pas allé assez loin en termes d'égalité des droits?
Moi qui suis historienne, je ne suis pas dans la même impatience. L'égalité est un combat qui se mène sur des siècles, et c'est un combat de chaque jour. Il faut aussi être vigilant sur l'égalité des droits conquis, car rien n'est jamais acquis pour l'éternité.

Certains élus à droite avaient promis d'abroger la loi lorsqu'ils reviendraient au pouvoir…
J'attends de voir. À chaque fois qu'il y a eu des avancées, même si elles se sont parfois faites dans la douleur, il n'y a jamais eu de retour en arrière de la part des républicains. N'oublions jamais notre devise, elle n'est pas pompeuse : "Liberté, égalité, fraternité." Je suis confiante.

Pour cause de remaniement, vous ne porterez pas la loi sur la famille, importante elle aussi…
Oui, car la famille a profondément évolué. Nous avons aujourd'hui des familles monoparentales, recomposées, homoparentales… Avec les parlementaires, nous avons beaucoup travaillé sur la défense des intérêts supérieurs de l'enfant et le respect de ses droits en prenant en compte la diversité des situations. Une société responsable se doit d'inscrire de nouveaux repères pour les jeunes générations.

Par Felix-Culpa le 21/04/2014 à 08:08

 ... de Pâques !

Les cloches sont rentrées de Rome.  Pensez, on a même revu Jean-François !...

Mais Le lundi de Pâques, c'est aussi Śmigus-dyngus, une tradition observée en Pologne 

durant laquelle les garçons aspergent les filles d'eau et les fouettent avec des branches de saule !!!

picture.php?strid=3ae5e0b4dd2f2600002862

Par kolkhoz-blog le 21/04/2014 à 00:51
LE PAPE EST MORT !
Pas Preum's (devancé par le cerveau du camarade BoBzeBoB)