Le Journal des inscrits - 28 juillet 2014
Jour précédent
Par Felix-Culpa le 28/07/2014 à 13:54


Ils changent le monde : Marie Mendras reçue par Caroline Fourest sur  France Inter:

Le mur de Berlin est-il en train de renaître de ses cendres ?



Notre chercheuse du jour, Marie Mendras, serait encore soviétologue si le Mur de Berlin n’avait pas fini par tomber. Est-il en train de renaître de ses cendres ? Est-ce la nostalgie de la puissante Union soviétique ou un nouveau rêve d’impérialisme eurasiatique ? Les intentions du Kremlin ne sont pas si faciles à déchiffrer. On ne peut rêver meilleure guide que Marie Mendras, chercheuse au CNRS et qui anime l’Observatoire de la Russie au Centre d’Etudes et de recherches Internationales.

Pour écouter l’émission sur le site de France Inter

Par Felix-Culpa le 28/07/2014 à 13:13

La baisse de la limitation de vitesse sur le périphérique parisien depuis janvier 2014 aurait eu un impact non négligeable sur les embouteillages, si l’on en croit l’étude menée par la société Inrix.

Depuis le 10 janvier dernier, la limitation de la vitesse sur le périphérique parisien a été baissée à 70 km/h au lieu de 80 km/h, essentiellement dans le but de diminuer la pollution atmosphérique et sonore, ainsi que le nombre d’accidents. Si ces objectifs, avec un lien de cause à effet aussi simpliste,pouvaient sembler surréalistes, il semblerait que la mesure ait eu une autre conséquence plus inattendue.

La société Inrix, qui a analysé les déplacements quotidiens de millions d’automobilistes parisiens sur les six premiers mois des années 2013 et 2014, affirme que les bouchons ont diminué en moyenne de 36 % sur le périphérique entre les deux périodes. Cela s’expliquerait notamment par la fluidification du trafic sur cet axe, Chris Lambert, expert du trafic en Europe chez INRIX, ajoutant que, « une vitesse plus régulière entraîne mécaniquement une réduction de « l’effet accordéon ». Ainsi, la formation de points de congestion est moins fréquente« . Ainsi, entre début 2013 et début 2014, le temps pendant lequel la vitesse de circulation sur le périphérique était inférieure à 40km/h, serait passé de 104 minutes à 66 minutes.

Si ce résultat peut paraître franchement étonnant, il faut toutefois préciser que l’étude se base sur des moyennes et ne prend pas en compte la densité du trafic. Ainsi, les divers accidents, jours de grève, ou encore la mesure de circulation alternée pour faire baisser la pollution, ont pu avoir un impact sur ces données. Reste maintenant à savoir si les parisiens utilisant le périphérique quotidiennement ont réellement ressenti cette baisse des embouteillages.(Auto news, 25/07)


Note du Copieur-colleur : En fait de conséquence inattendue, je me souviens avoir lu la démonstration que c'était un effet parfaitement prévisible, il y a déjà longtemps ! (peut-être dans La gueule ouverte ?)

Par LLD le 28/07/2014 à 08:56

picture.php?strid=7f15d1fb5c663a09f13389

Alors ??? On livre, ou non ?! (Je sais : faut suivre l'Actualité avec un grand A)

picture.php?strid=8fd227d46399cc0f0bbc2a

Par Tron le 28/07/2014 à 07:18

Le bouquetin n'est pas le petit d'un bouquin.
C'est le petit du bouquet et il s'appelle Quentin (faut faire avec les prénoms à la mode de la pédette trentenaire).
Tiens la preuve en voilà un qui te fait coucou avec son papa bouquet :

picture.php?strid=7c3f69e72879c8aae0b230

Source de la photo : Julien Arbez (d'avoir mis le lien vers son site pour ceux qui aiment les furets en liberté, les carrés de verdure et les concombres masqués parce que j'ai un peu détourné le visuel de son but originel)

Par eisbearchen le 28/07/2014 à 06:01

picture.php?strid=ba8ec3702c52e9fc4fc9b5

Je propose un projet d’acquisition d’un lieu pour le transformer en habitations, dans le cadre d’une société coopérative à but non-lucratif dont les axes forts sont les suivants :

·     Un projet de transformation d’un bâtiment industriel de caractère et des exigences d’aménagement écologique pointues.

·      Avoir chacun des parties privatives (appartements de 50m2) et des parties communes importantes (1000m2 de salles d’activités sportives et artistiques, de restauration, de soins…).

·      L’envie de créer une vie calme, sportive et culturelle en pleine campagne, mais très accessible de Paris (une heure en transports).

·      Le désir de pouvoir accueillir des artistes en résidence et de partager ensuite avec eux leurs créations.

·      L’idée que ce lieu soit transformable, si l’on veut, un jour, en un béguinage pour y habiter dans nos vieux jours.

·      Le désir de créer des habitations de qualité, abordables, avec des charges maîtrisées et une part importante d’autogestion.

·      L’idée de ne pas posséder une surface, mais des parts d’une société qui donnent droit à un usufruit.

N’hésitez pas à me parler de ce projet si vous être intéressés ou curieux d’en savoir plus.